Review de

Claire Beghin

A la question de présenter, ou non, un défilé en public, Miuccia Prada a tranché. Les habituées des shows Miu Miu étaient bien présentes aujourd’hui dans l’arène sportive futuriste qui servait de décor au défilé, mais filmées depuis chez elles, derrière des écrans. C’est donc devant ce public de supportrices virtuelles, parmi lesquelles on reconnaissait Miranda July, Chloë Sevigny ou Dakota Fanning, que Miuccia Prada est venue saluer, une façon de reconnaitre le besoin de distance que la situation sanitaire actuelle implique, tout en réaffirmant sa foi en l’avenir du défilé physique.

L’une des grandes forces de Miu Miu, c’est cette combinaison toujours équilibrée d’une esthétique rétro, d’une touche d’humour et d’associations tellement inattendues qu’elles ne peuvent faire qu’évoluer l’idée qu’on se fait d’un vêtement contemporain. Une recette illustrée dès le premier look qui défilait aujourd’hui : une mini jupe en origami, un polo de sport zippé et un blazer droit à rayures. Suivaient une succession de looks graphiques aux lignes hyper nettes, qui mêlaient une esthétique sportive rétro à la rigueur de coupe de Miuccia Prada : des robes de tennis à dos nus, des vestes de survêtement, des crop tops techniques, des blouses en dentelle et des chaussures hybrides, entre la basket, la mule et l’escarpin.

Les petits détails qui font la fantaisie Miu Miu trouvent leur place dans ces nouveaux uniformes de sport taillés pour la ville : des lunettes de soleil strassées, de cols bijoux, des petits sacs matelassés ou un monogramme MM qui dépasse d’un pantalon taille basse. De quoi convaincre les sceptiques de la mode athlétique que le vestiaire sportif peut offrir bien d’autres possibilités qu’une paire de leggings et un sweatshirt. Au Miu Miu Club aujourd’hui, entre réel et virtuel, les supportrices n’ont pas eu à se faire prier pour acclamer les athlètes.

Défilé

Détails