Review de

Claire Beghin

La relation qu’entretient Chanel avec le cinéma remonte aux années 1930, et à une première collaboration infructueuse entre sa fondatrice et la MGM. A l’époque, ses silhouettes discrètes et décontractées sont jugées trop sobres pour Hollywood. A voir les quelques centaines de tenues actuellement exposées au Palais Galliera pour Gabrielle Chanel. Manifeste de mode, la première rétrospective française dédiée à la créatrice, elles sont effectivement aux antipodes du glamour américain de l’époque. Elles ont, en revanche, posé les bases de la garde-robe féminine moderne, souple, raffinée, allégée de ses constructions contraignantes. Entre temps bien sûr, la maison a conquis les tapis rouges, les plateaux de cinéma et le coeur des actrices du monde entier, à commencer par Vanessa Paradis, sa fille Lily-Rose Depp, Isabelle Adjani ou Marion Cotillard, toutes présentes ce matin pour découvrir la nouvelle collection de Virginie Viard.

En guise de décor, les lettres CHANEL étaient posées sur le sol du Grand Palais, clin d’oeil au signe d’Hollywood. « Je pensais aux actrices au moment du photo call, sur le tapis rouge » déclarait Virginie Viard dans les notes du défilé. « l’univers de Chanel évoque tant d’images, tout un inconscient lié au cinéma » C’est cet univers-là, qui a traversé les modes et les époques, qu’elle a voulu incarner, avec une collection très décontractée ou des petite robes rayées façon Nouvelle Vague croisent des tailleurs bermudas souples, des robes bohèmes à volants, des t-shirts imprimés Chanel en lettre de néon et des tailleurs en tweed légers.

Plutôt qu’une esthétique vintage, c’est la versatilité du vestiaire Chanel qui est ici mis en avant, et qu’on projette aussi bien sur les héroïnes du cinéma Français des années 1960 (le teaser de la collection mettait en scène des images de Romy Schneider, Jeanne Moreau et Anna Karina) que sur les it-girls d’aujourd’hui, comme Mica Arganaraz, Rianne Van Rompaey et Louise de Chevigny, héroïnes du film de la collection, ou Jill Kortleve, qui foulait le podium en jean rose acide et brassière noire. « Cette collection est un clin d’œil aux égéries de la Maison. Certaines sont loin, cela fait longtemps que nous n’avons pas pu les voir. » disait Virginie Viard. Avec ses petites brassières en dentelle, ses tuniques à dos nus, et ses mini mallettes hyper instagrammables, la collection a de quoi nourrir la nouvelle génération d’actrices, à l’écran comme à la ville. Les ensembles en sequins et les tops décorés de plumes assureront quant à eux des looks de red carpet hyper contemporains. Et Chanel continuera de nourrir un univers cinématique bien ancré dans son temps.

Défilé

Détails

Atmosphère