Review de

Claire Beghin

Les toits de Paris, c’est toute une histoire, honorée par les poèmes de Jacques Prévert, par créateurs et par les plus grands réalisateurs. C’est au cinéma que pensait Virginie Viard en imaginant ce nouveau décor, l’atmosphère de la Nouvelle Vague (…), Kristen Stewart jouant Jean Seberg et toutes les actrices que Gabrielle Chanel habillait à l’époque. » Ils sont le secret le mieux gardé de la ville - seuls les initiés en connaissent les meilleurs accès. En 2014, la mairie du XIVème arrondissement lançait la constitution d’un dossier de candidature pour les inscrire au patrimoine mondial de l’UNESCO. En attendant, Virginie Viard nous emmenait ce matin sur les toits de la capitale, pour son troisième défilé à la direction artistique de la maison.

Qui croise-t-on sur les toits de Paris ? Des jeunes filles décontractées, portées sur des volumes courts et un vestiaire souple. La première silhouette présentait une pièce presque trompe soleil, ce qu’on croyait être un blazer croisé était en fait une combinaison short en tweed bouclette. Elle introduisait une collection toute en aisance où se croisaient des mini shorts un peu sport, des jupes courtes et des vestes légères - une réinterprétation du tailleur en tweed, des combinaisons et des silhouettes un peu plus traditionnelles très Riviera chic.

Deux imprimés toits de Paris parsemaient la collection, une illustration en noir et blanc imprimée sur des robes-chemises ou sur de la mousseline, et une typographie qui mêlait les lettres Chanel aux silhouettes des toits, dans un jeu de pastels graphiques. Des manteaux en crêpe de laine légère, sans superflu, se posaient sur des robes boutonnées en tweed ou sur des combinaisons près du corps, des vestes en denim étaient rayées de dentelle, portées avec des jeans à pinces. Les accessoires célébraient les codes traditionnels de la maison : sautoirs et broches en accumulation de perles, gros bracelets en chaîne portés aux deux poignets, chapeaux très habillés ornés d’un camélia, et déclinaisons de sacs à main : un CHANEL 19 en twill de soie, des pochettes en tweed siglées Chanel façon trousses d’écolières, ou sac à rabat à poignée bracelet.

La collection était contrastée : de la mousseline et du satin lumineux, du rose pastel et un rouge franc, des vestes cintrées et des robes bohèmes. À la fin venaient des tenues plus habillées toutes en noir et blanc : jupes corolles, blouses légères et robes de soirées noires. Virginie Viard allège la silhouette Chanel et offre à ses clientes (dont Caroline de Maigret, Alma Jodorowsky, Cardi B, Angèle et Blanca Li, toutes présentes aujourd’hui) de multiples possibilités, qu’elles soient adeptes d’un vestiaire urbain très Nouvelle Vague, d’une promenade sur la Riviera ou d’une soirée romantique sur les toits de Paris.